Lifestyle

Mieux comprendre son adolescent : vocabulaire et styles des mangas.

Mangas, mangaka… des mots un peu étranges qu’on aimerait comprendre.

En tant que parent, on a bien du mal à suivre les modes de nos enfants. Entre les coiffures, les modes vestimentaires et leurs livres japonais, on ne sait plus que penser ni ce que l’on doit en penser. On suit un peu malgré nous en tâchant d’être vigilants mais qu’est-ce exactement qu’un manga ? Qu’y-a-t’il donc dans ces bandes dessinées japonaises ?

Le manga : Un style narratif plus explicatif.

Nous sommes habitués au style narratif des comics anglo-saxon du genre Superman, Batman, Xmen ainsi qu’au célèbre style de BD dit belges comme Tintin ou Astérix. Nous connaissons bien le style simplifié des actions, des bulles, des morphologies rondes, des onomatopées claquantes, des situations complexes dans lesquelles se retrouvait Gaston Lagaffe qui faisaient rire et sourire.

Les émotions dans les mangas

Le style narratif japonais est bien plus développé. L’action se poursuit sur plusieurs bulles. On extrapole énormément les sentiments et les mimiques. Peu importe le vraisemblable, on est dans la narration d’action.

Ainsi le sourire (niko niko) ou le silence (shiiin), du scintillement dans les yeux à l’évanouissement (petite croix dans les yeux) sont visuellement très reconnaissables et codifiés. On ne saurait se passer du gag du marteau au-dessus de la tête de l’objet de votre colère, comme nous à notre époque n’aurions pas imaginé le Capitaine Haddock sans un monticule de pictos d’insultes ou un Picsou sans son sigle $ à la place des yeux.

Au départ, ces livres étaient vendus peu chers pour les voyageurs dans les gares et aux stations de métro. Ils furent plus connus en Occident grâce aux “anime” ainsi qu’à de très grosses licences comme Pokémon et désormais, on ne saurait croiser un ado sans son manga, comme nous sans un Astérix ou un Tintin à notre époque.

Les styles narratifs changent, pas les adolescents : ils aiment se divertir et rêver grâce aux bandes dessinées, c’est juste à nous de nous adapter au style.

Il faut aussi avouer que le manga casse les codes, on lit de droite à gauche en partant de la fin du livre par rapport à notre système de lecture occidental, ce qui joue pour beaucoup dans l’attraction qu’ont les jeunes pour ces mangas : les parents ne les lisent pas ou ne les comprennent pas…

Faisons mine de ne rien y comprendre mais informons-nous.

Les différents styles de manga.

Histoire de s’informer, parlons des différents styles de mangas qui sont susceptibles d’intéresser nos ados.

Yeux Naruto mangas

Les Kodomo, ou manga pour jeunes enfants.

Ces mangas ont pour message l’apprentissage de la vie, la morale ou encore les valeurs. L’enfant apprend les bases au travers d’une amitié avec un animal fantastique ou d’amis rencontrés en route.
Exemple : Pokemon, Digimon et autres.

Les Shônen (manga pour les ados) : livres d’actions destinés essentiellement aux garçons.

La plupart du temps, le héro est un petit garçon qui au fil de ses aventures doit se battre contre des méchants et apprendre à devenir adulte et responsable. Des notions d’amitié se tissent, de respect entre combattants, de bien et de mal au sens large du terme. Les jeunes garçonnets maladroits commencent parfois à s’intéresser aux filles au travers d’humour un brin misogyne.
Ces mangas peuvent être des histoires simples autour d’aventures, de sport, d’enquêtes policières ou d’humour.
Pour exemple : Dragon Ball Z, One pièce, Naruto.

Les Shôjo (également pour nos ados) : livres romantiques pour jeunes filles.

Contrairement aux mangas dont la cible principale sont les garçons, les mangas shôjo racontent des histoires de lycéennes ou jeunes filles dotées de pouvoirs ou qui tombent amoureuses. Il s’agit essentiellement d’histoires fleurs bleues.
Exemple : Alice 19th, Sailor moon, Sakura.

Les Seinen : L’histoire devient plus construite et le dessin plus réaliste.

Ces mangas sont destinés aux jeunes adultes et sont majoritairement typés horreur ou action. Ils critiquent ou représentent la société au travers d’enquêtes policières ou de romans de fiction. Les héros sont ambigus, hésitants entre le bien et le mal parfois comme nos policiers de Chicago.
Exemple : Akira, Angel Heart…

Les Josei (Ladies comics) : Histoires de la vie quotidienne vues par les femmes.

Destinés aux jeunes femmes, ces histoires sont moins axés sur l’action et plus sur l’intrigue et le réel. Certaines scènes peuvent comporter un caractère légèrement érotiques.

Eventail des styles de mangas

Il existe d’autres styles de mangas adultes mais on ne les trouve pas forcement dans nos rayons. Ceci dit, ceux présentés en Europe auprès des enfants sont choisis en respectant nos critères de sélection et ne sont donc pas censés représenter de scènes que nous considérons comme choquantes. Pour autant, n’hésitez pas à feuilleter les BD afin de vérifier le style du manga, ce qui permettra de vérifier si il répond à l’âge et à la maturité de votre enfant.

Le manga possède un style narratif qui séduit les jeunes car il est expressif et que les parents ne le connaissent pas encore. Rassurez-vous, il n’y a que peu de raison de s’en inquiéter et d’ici 10 ans, un style narratif nouveau verra sans doute le jour grâce au métissage des genres et des cultures. Nos jeunes mangakas européens trouveront bien le moyen de détourner ce style narratif pour en construire un nouveau qui inquiétera  alors vos enfants qui seront peut-être devenus eux-mêmes parents.

Votre enfant vous annonce qu’il veut devenir mangaka.

Ne pleurez pas, ne hurlez pas, il n’est pas en train de vous insulter avec ce mot incompréhensible. Il veut juste devenir dessinateur de bandes dessinées japonaises.
Petit, vous rêviez de croiser Walt Disney ou Uderzo, lui ses auteurs favoris sont les papas de Naruto, de SNK (Shingeki no Kyojin, L’attaque des titans en Français) ou d’autres personnages de mangas.

Mon ado veut devenir mangaka

Il faut savoir que pour le moment, en France, il existe peu d’écoles qui enseignent le dessin manga et donc, permettent de devenir mangaka. De nombreux dessinateurs qui s’orientent vers le manga ont d’abord suivi un cursus artistique plus classique avant d’appréhender le style manga dans leurs œuvres. Cela peut aussi mener à réaliser des “anime”, films d’animation, ou à travailler dans le milieu du jeu vidéo.

Vous en savez désormais un peu plus sur les mangas et vous pourrez désormais être plus à l’aise lorsque votre ado vous annoncera qu’il est trop hypé par l’arrivée du nouveau manga chez son libraire favori.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *